Il est, il était et il sera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il est, il était et il sera

Message par Emmanuel le Sam 7 Nov 2015 - 17:06

"Puisque de fait il n’est pas venu à l’être, il faut donc dire qu’il est et que de toute éternité il était et que de toute éternité il sera et qu’il n’a pas de commencement et qu’il n’aura pas de fin, mais il est sans limite" (Diels I, 268, 2)

Ce texte est de Melissos de Samos qui vécu au 5e siècle avant JC. Il fait penser aux paroles de Jean, "il est, il était et il vient". Cependant Melissos ne parlait pas de Dieu mais de l'univers. Pour lui comme pour les autres philosophes grecs, il n'y a qu'une seule sorte d'être alors que les hébreux quant-à eux distinguent l'être incréé de l'être créé.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1911
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Il est, il était et il sera

Message par Emmanuel le Mar 10 Nov 2015 - 19:56

Il est intéressant de noter que, par la réflexion, des philosophes antiques en soient venu à comprendre qu’il existe un être absolu et nécessaire et donc éternel. Car rien ne peut surgir du néant (ex nihilo nihil fit), et s’il y a quelque chose plutôt que rien, c’est qu’il y a toujours eu quelque chose. C’est une évidence première.

Voici la suite du texte de Mélissos : "En effet, s’il était venu à l’être, alors il aurait un commencement, car il aurait commencé d’être lorsqu’il est venu à l’être ; et puis il aurait une fin, il aurait déjà eu une fin, s’il avait commencé d’être à un moment donné. Mais puisque de fait il n’a pas commencé d’exister et qu’il n’a pas fini, c’est éternellement dans le passé qu’il existait et c’est éternellement dans l’avenir qu’il sera, et il n’a pas eu de commencement et il n’aura pas de fin. Car il n’est pas possible qu’existe de toute éternité et pour toute l’éternité, ce qui n’est pas le Tout."

Mélissos appelle cet être "le Tout", c'est-à-dire l'ensemble de ce qui existe. Cela paraît logique puisque rien ne peut surgir du néant. De fait, il a bien fallu que Dieu utilise sa propre puissance, c'est-à-dire une énergie qui émane de lui, pour créer. Dieu ne créé pas ex nihilo. Mais cela ne signifie pas qu'il y ait une seule sorte d'être car cette énergie a été façonné de sorte à produire des êtres nouveaux, distincts de lui. Les métaphysiciens grecs semblent avoir buté sur cette possibilité.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1911
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum