Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par Emmanuel le Dim 9 Nov 2014 - 21:52

On a donné de ce texte les traductions les plus diverses : http://djep.hd.free.fr/LaReferenceBiblique/?Livre=43&Chap=1&Vers=18

Je vous en mets un échantillon :

Personne n'a jamais vu Dieu; celui qui l'a annoncé, c'est le Dieu Fils unique qui est sur le sein du Père (NBS).

Personne n'a jamais vu Dieu ; Dieu (le Fils) unique, qui est dans le sein du Père, lui, l'a fait connaître (Colombe).

Nul n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l'a fait connaître (Jérusalem).

Aucun homme n'a vu Dieu à aucun moment; le seul Fils engendré, qui est dans le sein du Père, lui l'a fait connaître (King James).


Personne n'a jamais vu Dieu. Mais le Fils unique, qui est Dieu et qui vit auprès du Père, nous l'a fait connaître (Parole de Vie).

L'original avait-il monogénès uios (fils) ou monogénes theos (dieu) ? La plupart des versions récentes optent pour dieu mais la manière de traduire cette expression diverge énormément.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1896
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par Emmanuel le Mar 11 Nov 2014 - 19:59

Godet pensait que la leçon theos était l'originelle pour les raisons suivantes :

La leçon alexandrine Dieu fils unique, monogenès theos, jadis abandonnée,
a trouvé dans Hort un défenseur érudit et sagace, qui a obtenu l’assentiment
de savants tels que Harnack, Weiss, Zahn. La leçon reçue a été défendue avec une érudition et une habileté au moins égales par le critique américain Ezra Abbot dans un article de la Bibliotheca sacra, octobre 1861, et dans un travail publié par l’Unitarian Review, 1875 ! Le résultat de ces travaux, quant aux témoignages externes, est :

1) Que les deux leçons doivent avoir coexisté déjà dans le IIe siècle. Il est probable qu’elles se trouvaient déjà toutes deux chez Irénée. On lisait la leçon reçue dans l’Itala et chez Tertullien ; l’autre celle des alexandrins, chez Clément d’Alexandrie.

2) Que celle-ci (l’alexandrine) ne se trouve que dans les documents égyptiens
(Pères, versions et Mss.) et que les documents de toutes les autres contrées
présentent la leçon reçue ; ainsi, pour l’Occident, l’Itala, Tertullien et tous
les Pères latins sans exception,—la seule exception qu’on ait citée, Hilaire,
n’étant qu’apparente, comme le prouve Abbot ;—en Syrie et en Palestine,
l’antique traduction syriaque de Cureton, Eusèbe Chrysostome, Théodoret,
etc. ; et, ce qu’il y a de plus étonnant, en Egypte Athanase lui-même, le plus
inflexible défenseur de la divinité du Christ.—

Ne semble-t-il pas résulter de là que la leçon alexandrine est due à une influence purement locale qui remonte déjà jusqu’au second siècle ? Quant aux raisons internes, on peut faire valoir en faveur de la leçon alexandrine son caractère unique et tout à fait étrange ; car, dit-on, il est plus probable qu’elle ait été remplacée par la leçon reçue, qui a un caractère simple et usité, que le contraire. Mais on peut se demander aussi si une leçon qui ne trouve son analogue dans aucun écrit du N. T. et dans aucun passage de Jean lui-même ne devient pas par là très suspecte. Il suffit pour motiver son rejet d’expliquer comment elle a pu se former et s’introduire, et c’est ce qu’a fait Abbot en rappelant combien naquirent de bonne heure des locutions comme celles-ci : le Logos-Dieu, qui se trouve dès le IIe siècle chez Méliton et Clément d’Alexandrie, ou l’épithète theotokos ; mère de Dieu, donnée à Marie. De là des leçons telles que celle-ci : le corps de Dieu, au lieu de : le corps de Jésus, Jean 19.40. dans A; ou : tous attendaient Dieu, au lieu de : tous l’attendaient, (Jésus), Luc 8.40, dans le Sinaïticus ; ou : l’Eglise de Dieu qu’il a rachetée de son propre sang, au lieu de l’Eglise du Seigneur, etc., Actes 20.28, dans le Sinaïticus et le Vaticanus. Il est curieux que ce soient précisément ces deux mêmes Mss. qui appuient surtout la leçon Dieu, au lieu de Fils, dans notre passage. Il serait difficile en échange d’expliquer la raison dogmatique qui aurait fait substituer ici le terme de Fils à celui de Dieu. Les Ariens eux-mêmes n’avaient aucun intérêt, comme l’a bien montré Abbot, à ce changement ; car il leur était facile d’exploiter la leçon alexandrine pour prouver que le mot Dieu pouvait se prendre dans un sens affaibli et désigner un être divin de second rang, inférieur au Père ; c’était pour eux le meilleur moyen de se défaire aussi du terme de Dieu appliqué à la Parole dans le v. 1. Aussi Athanase lui-même n’hésite-t-il pas à employer la leçon reçue. Quant à nous, nous ne saurions hésiter non plus. L’absence de tout parallèle pour la leçon alexandrine et sa saveur dogmatique prononcée nous semblent, indépendamment de la critique externe, des motifs suffisants pour la rejeter.

Mais si les Ariens n'avaient aucun intérêt à remplacer Dieu par Fils parce que "le mot Dieu pouvait se prendre dans un sens affaibli et désigner un être divin de second rang, inférieur au Père", on peut imaginer que leurs adversaires en avaient un : le fait que ce texte démontre que le Logos est un Dieu engendré par le Dieu, c'est-à-dire le Père, qu'il n'est donc ni éternel dans le passé, ni consubstantiel au Père.

Aujourd'hui, les traducteurs reconnaissent généralement que la leçon Dieu est la meilleure mais rendent l'expression monogenès theos de manière curieuse comme pour atténuer le sens du texte qui irait autrement clairement à l'encontre du dogme trinitaire.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1896
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par Emmanuel le Jeu 7 Mai 2015 - 12:54

Personnellement, je le comprends ainsi : "le Dieu seul engendré qui est dans le sein du Père". Je ferai donc un mixe de la NBS et de la KJV. Une traduction assez proche de celle de la TMN mais je n'aime pas le barbarisme "unique-engendré".

Mais qu'est-ce cela peut donc bien vouloir dire ?

1) Que le Logos est l'unique être à avoir été engendré par le Père.

2) Qu'il est "Dieu" mais ça on le sait déjà de par le verset 1. Le Logos était theos (dieu) et il est devenu sarx (chair). Il s'agit de mettre en contraste sa vie humaine dans la chair avec sa vie divine antérieure.

Cela pose une question intéressante : Faut-il faire une différence entre engendré et créé ou bien toutes choses ayant été créées par le Fils, le Fils est forcément l'unique être créé directement par le Père ? Autrement dit, le Fils a-t-il été créé par Dieu ou est-il né de lui ?

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1896
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par barouk le Ven 8 Mai 2015 - 5:21

Bonjour à tous et à toutes

L'on peut ajouter à la liste de traduction en intro les textes de Louis Segond et d' Hugues Oltramare qui s'approchent selon moi au plus prés du contexte textuel de l'Apôtre Jean, toute l'entrée en matière des versets 1à18 parle de Yeshoua comme étant la Parole vrai lumière éclairant tout humain, le verset 14 disant " La Parole est devenu chair; elle a fait sa demeure parmi nous, et nous avons vu sa gloire, une gloire de fils unique issu du Père; elle était pleine de Grâce et de vérité.
Louis Segong, JEAN 1:18 : "Personne n'a jamais vu Dieu; le fils unique, qui est dans le sein du Père , est celui qui l'a fait connaître."
Hugues Oltramar, JEAN 1:18 : "Personne n'a jamais vu Dieu; le fils unique, qui est dans le sein du Père , est celui qui L'a révélé "

Les textes de Jean 6:44,46; 7:29; 8:19; 14:9 étayent Jean 1:18. Il existe une étroite union entre le Père et le fils Mathieu 11:27 et Luc 10:22 nous le montrent. IHVH est le Créateur ( Esaie 17:7 ; 43:15; Ephésien 3:9; 1Pierre 4:19 ) mais IHVH est aussi un Père La prophète Samuel l'écrira en 2 Samuel 7:14-17, aussi Jérémie 31:9 et l'apôtre Paul reprenant les paroles des prophètes dira en 2 Corinthiens 6:17-18 " (...) Je serai pour vous un Père, et vous vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout- puissant."
Les liens étroit qui unissent IHVH et Yeshoua emmèneront celui-ci à l'appeler "Papa" , "Abba" en Hébreu Marc 14:36. Puissions-nous, humbles serviteurs crier à notre tour "Abba!-Père! comme l'exhorte l'apôtre Paul en Romains 8:15-16.
Ephésiens 4:6 nous dit " Un seul Dieu et Père de tous " c'est pour cela que ma préférence concernant Jean 1:1 est pour la traduction "Hugues Oltemar " Au commencement était la Parole; la Parole était avec Dieu, et la Parole était dieu. (Jean 1:1)
Fraternellement

avatar
barouk

Messages : 173
Date d'inscription : 03/01/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par Emmanuel le Ven 8 Mai 2015 - 11:05

barouk a écrit:L'on peut ajouter à la liste de traduction en intro les textes de Louis Segond et d' Hugues Oltramare qui s'approchent selon moi au plus prés du contexte textuel de l'Apôtre Jean, toute l'entrée en matière des versets 1à18 parle de Yeshoua comme étant la Parole vrai lumière éclairant tout humain, le verset 14 disant " La Parole est devenu chair; elle a fait sa demeure parmi nous, et nous avons vu sa gloire, une gloire de fils unique issu du Père; elle était pleine de Grâce et de vérité.
Louis Segong, JEAN 1:18 : "Personne n'a jamais vu Dieu; le fils unique, qui est dans le sein du Père , est celui qui l'a fait connaître."
Hugues Oltramar, JEAN 1:18 : "Personne n'a jamais vu Dieu; le fils unique, qui est dans le sein du Père , est celui qui L'a révélé "

On peut cependant noter que le mot grec pour fils (uios) est absent du verset 14. Je ne comprends donc pas la majuscule à fils chez bien des traducteurs dans ce verset. Le contexte ne nous renseigne donc pas sur la bonne leçon au verset 18. On peut tout de même noter que puisque l'auteur qualifie la Parole de theos au verset 1, il n'avait aucune difficulté à faire de même au verset 18.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1896
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par barouk le Ven 8 Mai 2015 - 12:25

Effectivement Jean 1:14 ne possède pas (UIOS) pourtant toutes les traductions je pense le rendent comme" fils (Fils) unique" j'ai trouvé quelques explications dans Wikipédia traduit de l'anglais. A priori dans les Bibles Anglaise "fils unique" est traduit du Latin uni-genitus (vulgate) plutôt que du Grec mono-genèse. Je n'avais pas remarqué pour la majuscule du f .
Monogenês
De Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à: Navigation , Rechercher
Pour être distingué du monogénique (génétique) , système monogénique .
Dans Christian critique biblique et la théologie , il ya eu des différends sur la signification et l'utilisation de "monogenes". [1] Est-ce que le mot signifie "Fils unique", comme il est aussi traditionnellement rendu, [2] ou que cela signifie simplement «seulement »ou« un seul »? Est-ce que le mot signifie "que, seule, unique ou« fils, ou «spéciale, privilégiée, favori, ou légitime" fils? [1] concernant texte critique questions à Jean 1:18 (et Jean 3:16 , etc.) .
Monogenes a deux définitions primaires, "se rapportant à être le seul de son genre dans une relation spécifique» et «se rapportant à être le seul de son genre ou de classe, unique en nature». [3] Ainsi monogenês (μονογενὴς) peut être utilisé à la fois comme un adjectif monogenês pais, signifiant unique et spécial. [4] Son sens grec est souvent appliqué pour signifier "unique en son genre, seul et unique". monogenês (μονογενὴς) peut être utilisé à la fois comme un adjectif monogenês pais, seulement enfant, ou seul enfant légitime, enfant spécial, et aussi sur sa propre comme un substantif ;. o monogenês "le seul", ou "le seul enfant légitime» [5]
Il peut être appliqué à un seul enfant, ou seulement l'enfant légitime, enfant spécial, et aussi sur sa propre comme un substantif ; o monogenês "le seul", ou "le seul enfant légitime". Le mot est utilisé dans Hébreux 11: 17-19 pour décrire Isaac , fils d' Abraham . Cependant Isaac était pas le Fils unique d'Abraham, mais il a été l'élu, ayant la vertu particulière.
Grecque utilisation Nouveau Testament [ edit ]
Le Nouveau Testament contient 9 utilisations, tout adjectivale:
• Luc 07:12 "son fils unique (o monogenes uios)"
• Luc 08:42 "fille unique (e monogenes thugater)"
• Luc 09:38 "fils unique (o monogenes uios)"
• Jean 1:14 "seulement engendré" (monogenes)
• Jean 1:18 textuelle variation de manuscrits: a. «Engendré que« Dieu (theos monogenes / b. "Fils unique" (o monogenes uios)
• Jean 3:16 "Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique (o monogenes uios)"
• Jean 3:18 "qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu (o monogenes uios)"
• Héb.11: 17 "fils seulement légitime (o monogenes uios)" - depuis Abraham engendra aussi Ismaël , de la fille de l'esclave Agar , et six autres fils, de Ketura .
• 1 Jean 4: 9 "Dieu a envoyé son Fils unique (o monogenes uios) dans le monde"
Grecque utilisation Nouveau Testament [ edit ]
Le Nouveau Testament contient 9 utilisations, tout adjectivale:
• Luc 07:12 "son fils unique (o monogenes uios)"
• Luc 08:42 "fille unique (e monogenes thugater)"
• Luc 09:38 "fils unique (o monogenes uios)"
• Jean 1:14 "seulement engendré" (monogenes)
• Jean 1:18 textuelle variation de manuscrits: a. «Engendré que« Dieu (theos monogenes / b. "Fils unique" (o monogenes uios)
• Jean 3:16 "Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique (o monogenes uios)"
• Jean 3:18 "qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu (o monogenes uios)"
• Héb.11: 17 "fils seulement légitime (o monogenes uios)" - depuis Abraham engendra aussi Ismaël , de la fille de l'esclave Agar , et six autres fils, de Ketura .
• 1 Jean 4: 9 "Dieu a envoyé son Fils unique (o monogenes uios) dans le monde"
Engendrement [ modifier ]
L'entrée de "Fils unique" dans la Bible anglaise était pas directement à partir de mono-gènes, mais du latin de la Vulgate, qui avait uni-genitus (one-né): [34]
Alternativement en faveur que les mots ne monogenês portent un sens lié à l'engendrement est le mono- origine étymologique (seulement) + -genes (né, engendré). [38] La question est de savoir si l' origine étymologique était encore «en direct» dans le cadre de le sens lorsque le Nouveau Testament a été écrit, ou si glissement sémantique a eu lieu. Limiter le changement sémantique de monogenes est que le mot normal Monos est encore le mot de défaut dans le Nouveau Testament, et que les termes co-exister en grec, en latin et en anglais:
→ grec monos latine unicus → anglais "seulement"
Monogenes grecs → latine Unigenitus → anglais "Fils unique"
avatar
barouk

Messages : 173
Date d'inscription : 03/01/2015
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean 1:18 : dieu ou fils ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum