Les christologies en compétition en IVe siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les christologies en compétition en IVe siècle

Message par Emmanuel le Jeu 30 Oct 2014 - 10:03

Il y aurait eu 4 partis :

1) Les Homoousiens favorables à la thèse de la même substance du Fils que celle du Père. Ce sont ceux qui s'imposent au concile de Nicée. C'est la doctrine à la base des systèmes trinitaire et modaliste (un unique être divin qui se décline en plusieurs "personnes" ou "modes").

2) Les Homoiousiens favorables à la thèse de la substance semblable du Fils à celle du Père et qu'il y a donc deux êtres distincts mais semblables.

3) Les Homéens favorables à la thèse de la ressemblance du Fils au Père, évitant de sonder le mode de cette ressemblance et montrant ainsi une certaine méfiance à l'encontre de la spéculation théologique. On le qualifie de position intermédiaire au sein de l'arianisme entre les Homoiousiens et les Anoméens ou Ariens stricts. Cela aurait été la confession des tributs germaniques (sauf des francs qui restèrent païens jusqu'à la conversion de Clovis).

4) Les Anoméens (ou mieux an-homéens) favorables à la thèse de la dissemblance du Père et du Fils (leur ressemblance n'est qu'une façon de parler). Ce sont les Ariens stricts ou radicaux.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1887
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les christologies en compétition en IVe siècle

Message par Emmanuel le Sam 1 Nov 2014 - 17:55

Personnellement, je me classe dans le second parti, celui de deux êtres personnels semblables et distincts.

L'article de Wikipédia sur ce parti dit :

nul doute cependant que l'imprécision de l'homoiousios ne permit aux plus avancés de sous entendre une certaine subordination du Fils en opposant la similitude de substance (homoiousios) à l'identité de substance (homoousios).

Évidemment, s'il y a deux substances, l'une des deux seulement est le Dieu Tout-puissant. Sinon, il faudrait admettre deux Dieux et abandonner le monothéisme.

Dans l'article subordinatianisme, on peut lire ceci :

Le subordinatianisme est la tendance théologique répandue dès les tout premiers temps du christianisme ancien et d'après laquelle, selon le principe du Dieu Un de la Septante, le Fils, Jésus, est subordonné au Père car il a été créé par le Père alors que le Père est, lui, inengendré et absolument transcendant, au contraire du Fils.

Le développement de cette théologie avait initialement pour objet de lutter contre le polythéisme larvé des nouvelles théologies, notamment le dithéisme émergent.


L'article cite le "Dictionnaire critique de théologie" d'Henri Crouzel :

« Avant Nicée, les définitions christologiques des Pères, soucieux de maintenir pleine et entière l'affirmation monothéiste et d'éviter tout dithéisme à propos du Fils échappent difficilement au risque de subordinatianisme.»

En qualifiant cela de risque, l'auteur prend son parti. Mais il ressort de tout cela que le dogme de la consubstancialité (Père et Fils de même substance) est tardif et que celui des deux substances semblables est le plus ancien.

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1887
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les christologies en compétition en IVe siècle

Message par Emmanuel le Lun 3 Nov 2014 - 21:01

Le groupe homoiousien (les partisans de deux substances semblables) "affirmait sa défiance à l'égard de l'homoousios (consubstantiel), terme nouveau, non scripturaire, et qu'ils disaient imprégné d'une saveur sabellienne".

Sabellius (IIIe siècle) affirmait que "le Père est l’essence, la forme tandis que le Fils et l'Esprit sont les modes à travers lesquels le Père se projette" (voir l'article sur Sabellius).

Le sabellianisme est une forme de modalisme. Celui-ci sera combattu par Tertullien qui sera le premier à formuler l'idée d'une substance et trois personnes (voir l'article sur Tertullien).

En fait, l'idée de consubstantialité même si elle n'est pas clairement définie remonte au moins à la fin du second siècle. Le modalisme et la trinitarisme tiennent tous deux leur origine de cette idée d'une consubstantialité du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Le modalisme nie cependant la personnalité propre du Fils tandis que le trinitarisme a bien du mal à expliquer comment trois personnes peuvent appartenir à une même substance.

L'erreur ne vient-elle pas tout simplement de cette idée de substance unique qui n'a aucune base scripturale solide ?

_________________
"Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, tu seras sauvé" (Romains 10:9)
avatar
Emmanuel

Messages : 1887
Date d'inscription : 21/09/2013
Age : 43
Localisation : Guadeloupe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les christologies en compétition en IVe siècle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum